mardi 10 juillet 2018

La start-up occitane Womed remporte le Grand Prix i-Lab 2018

Womed, améliorer la fertilité des femmes

La start-up Womed améliore la fertilité des femmes en protégeant et réparant l’utérus en vue d’une grossesse.

Fondée en 2018 par Gonzague Issenmann, entrepreneur dans le domaine de la medtech, le Pr. Xavier Garric de l’Institut des Biomolécules Max Mousseron, composante de l’Institut Carnot Chimie Balard Cirimat, et le Dr. Stéphanie Huberlant du CHU de Nîmes, la start-up vient de se voir décerner le Grand Prix i-Lab 2018 parmi 383 projets présentés.

 

 Le Grand Prix i-Lab, une distinction pour cette entreprise innovante du domaine de la santé

Le 5 juillet 2018, Womed a reçu le Grand Prix i-Lab pour sa 20e édition, en présence de la ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal. La start-up figure donc parmi les 14 projets les plus prometteurs et innovants de l’année distingués par ce prix. ILab est un concours annuel national de création d’entreprise innovation organisé par le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et BPI France.

A l’origine de cette Success Story, se trouve une innovation tout droit issue du Département Biopolymères Artificiels de l’Institut des Biomolécules Max Mousseron à Montpellier (Université de Montpellier – CNRS – Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Montpellier) et du service de gynécologie obstétrique du Centre Hospitalo-Universitaire de Nîmes. Les travaux de recherche ont été en grande partie financés par un programme de maturation de la SATT AxLR.

Un dispositif innovant pour améliorer la fertilité des femmes

« Nous sommes très fiers d’être récompensés pour la solution que nous allons apporter aux dizaines de milliers de femmes qui souhaitent concevoir un enfant et en sont privées en raison d’une mauvaise cicatrisation de leur utérus. » déclare Gonzague Issenmann, président et co-fondateur de Womed.

Car Womed s’attaque à la principale cause mécanique d’infertilité féminine : les adhérences intra-utérines. Il s’agit d’un accolement des parois de l’utérus dû à une mauvaise cicatrisation suite à une intervention chirurgicale comme un curetage ou une résection de fibrome. Elles sont notamment responsables d’une fausse couche sur cinq.

Le produit de Womed permet d’éliminer ces adhérences : le dispositif est une mince feuille d’un nouveau polymère qui est insérée comme un stérilet, se déploie dans l’utérus et agit comme une barrière pour éviter l’accolement des parois de l’utérus pendant la cicatrisation, puis devient un gel qui sera évacué naturellement par le col de l’utérus.

 

Vous avez un projet en santé, medtech et vous êtes à la recherche d’experts pour vous accompagner ? Découvrez nos domaines de compétences et contactez-nous pour plus d’informations.  

, , , ,