jeudi 18 avril 2019

Thèse CIFRE : Synthèse d’additifs retardateurs de flamme biosourcés phosphorés pour l’élaboration de nouveaux revêtements pour bois à faible impact environnemental

Titre du projet :

« Synthèse d’additifs retardateurs de flamme biosourcés phosphorés pour l’élaboration de nouveaux revêtements pour bois à faible impact environnemental »

 

 

Laboratoire d’accueil : Equipe Ingénierie et Architectures Macromoléculaires (IAM), Institut Charles Gerhardt de Montpellier

Début du projet : automne 2019

Encadrant : Claire Negrell

Projet

Le marché de la construction en bois représentait en 2016 en France 1,6 Mrd€. Ce marché de la construction bois est en plein développement avec notamment une volonté de construire en bois des immeubles de grandes hauteurs. Cependant, ces constructions bois font face à une problématique majeure qui est la résistance au feu. En effet, l’offre ignifuge consiste pour les usages extérieurs à utiliser des produits retardateurs de flammes (RF) notamment pour la structure, le parement, la charpente et le bardage. Ces RF se présentent dans la majorité des cas sous forme d’additifs de formulation ajoutés dans les peintures et les revêtements. Ces solutions ignifugeantes de type RF contiennent essentiellement des composés halogénés toxiques dont la réglementation Européenne REACH tend à restreindre l’utilisation. De plus, ces additifs présentent des limites dans le temps notamment en raison d’une migration dans le temps en surface du film et une sensibilité au délavage.

Ainsi, l’objectif de ces travaux de thèse est de développer de nouveaux additifs RF efficaces et durables dans le temps à base de phosphore. Dans ce but, il est proposé de développer des additifs phosphorés réactifs, permettant la création de liaison covalente entre le groupe RF et les polymères (liants) de la formulation peinture et ainsi d’améliorer la durabilité de la protection, en limitant, voire en supprimant, le risque de lessivage.

Dans le cadre de ce projet, un travail de thèse en deux parties est proposé. Le premier volet de la thèse consistera à synthétiser de nouveaux RF phosphorés réactifs et à étudier leur introduction dans la matrice de la peinture par copolymérisation ou post-fonctionnalisation, ainsi que les propriétés ignifugeantes du revêtement. Dans un deuxième volet, l’objectif consistera à synthétiser de nouveaux RF phosphorés réactifs issus de ressources renouvelables pour les intégrer à une formulation polymère biosourcée.

 

Context du projet et profil du candidat recherché

L’équipe IAM, fondée sur la chimie organique appliquée aux polymères, est reconnue pour son intégration technologique dans l’élaboration de solutions intégrées de synthèse de matériaux, depuis les monomères jusqu’aux polymères pour répondre aux applications de haute performance. Elle a également développé depuis de nombreuses années une chimie de fonctionnalisation à base de phosphore et de fluor mais aussi une chimie selon des procédés propres et fondée sur le développement durable (polymères issus de ressources renouvelables, substitution…).

La société Lixol est une PME industrielle d’Aquitaine spécialisée dans la fabrication de résines industrielles, elle fait partie du Groupe Berkem depuis 2017. Depuis 1960, Lixol produit des résines destinées à l’industrie de la peinture, du bâtiment, du traitement des bois et des encres.

Le candidat recherché devra justifier d’un master ou équivalent en chimie des polymères assortie d’une solide expérience de chimie organique.

Candidature

Les candidatures (CV et lettre de motivation) sont à adresser à Dr. Claire Negrell (claire.negrell@enscm.fr).

Lieu : Montpellier

Structure d’accueil : ICGM

Date limite : 31 mai 2019

Début : 1 octobre 2019